L’assainissement d’une maison est indispensable afin de traiter les eaux usées. Généralement, ce procédé consiste à établir des structures dédiées pour récupérer, stocker et épurer les eaux usées de la future construction. Le traitement des eaux usées a été mis en place pour éviter les risques pour l’environnement et la santé.

Ce dispositif s’applique particulièrement aux eaux grises ou eaux ménagères venant de la cuisine et de la salle de bain, sans oublier les eaux noires ou eaux-vannes provenant des toilettes. Pour traiter ces rejets, il faudra opter pour l’une des deux solutions existantes, notamment l’assainissement collectif et individuel. Découvrez les détails ci-après.

Quelle solution d’assainissement adopter ?

En vue de la concrétisation d’une construction neuve, il est indispensable de penser à l’assainissement. Il fait partie de la seconde phase du gros œuvre. Il inclut particulièrement les travaux qui permettraient de collecter, de stocker et d’épurer l’ensemble des eaux usées de la future maison.

En réalité, il s’agit d’une étape qui passe après la mise en place des fondations puis la plupart des raccordements nécessaires doivent être posés à même le sol. Généralement, la plomberie et le gros œuvre doivent être effectués afin de pouvoir mettre en place les raccordements. Les travaux consistent à poser avant tout les tuyaux de la maison.

Le but de cette opération reste notamment le traitement des eaux usées avant qu’elles ne soient rejetées dans la nature. Afin de mener à bien cette opération, il faudra faire appel à un bureau d’étude ou encore un spécialiste dans votre ville comme par exemple une entreprise assainissement à Paris. Mais quel type d’assainissement à adopter ?

Opter pour l’assainissement collectif

Il est possible d’opter pour ce premier type d’assainissement qui est aussi appelé le tout-à-égout ou l’assainissement collectif. Malgré tout, le choix du dispositif dépend du zonage d’assainissement. Si la future construction entre dans ce cadre géographique, il est sûr que la commune dispose d’un réseau d’assainissement collectif. Il est possible de consulter le zonage d’assainissement de la commune à la mairie.

Ce qui fait donc que la construction devrait être raccordée à ce réseau pour pouvoir évacuer les eaux usées. Dans un tel cas, le raccordement sera à la charge du propriétaire. Dans le cas où le réseau serait localisé en hauteur par rapport à l’habitation, il faudra penser à établir une pompe de relevage. Quoi qu’il en soit, le propriétaire devra s’acquitter d’une redevance d’assainissement sur la facture d’eau notamment à la ligne « collecte et traitement des eaux usées ».

Qu’en est-il de l’assainissement individuel ?

Cette fois, si la construction neuve venait à être implantée en dehors des zones d’assainissement collectif, il est clair qu’il est indispensable d’établir un dispositif d’assainissement individuel. Celui-ci est aussi appelé assainissement non collectif ou assainissement autonome.

Pour ce type d’assainissement, le propriétaire sera amené à installer dans la terre une fosse appelée « septique ». La fosse septique servira à collecter les eaux usées de la maison. Généralement, il est toujours idéal de l’installer à quelques distances de la maison et aussi les lieux de passage. Des fois, il est possible que des nuisances puissent gêner comme les mauvaises odeurs par exemple.

Tout comme l’assainissement collectif, l’assainissement individuel demande également l’installation d’une pompe de relevage si la fosse septique est localisée en hauteur pour drainer les eaux usées correctement. Cette action dépendra notamment du nivellement du terrain et aussi de l’emplacement de la maison. Mais il est sûr que les professionnels du milieu sauront cet aspect durant les vérifications avant même les travaux d’assainissement.

Micro-station assainissement

Les différentes obligations et démarches à suivre

L’assainissement fait partie des travaux d’envergure à préparer lors de la construction d’une maison neuve. Il est notamment indispensable d’y penser dès les préparatifs du chantier afin que l’installation soit plus facile par la suite.

Généralement, le constructeur procède notamment à la vérification de la présence ou non d’un réseau de traitement des eaux usées à proximité du terrain à bâtir. Si la parcelle est desservie, il est clair que le terrassier raccorde automatiquement le réseau avec des tuyaux durant la construction.

Dans le cas contraire, le spécialiste procèdera à une étude de sol. Ce sera après cette étude qu’il sera possible de penser à l’installation de systèmes particuliers adaptés incluant notamment un filtre à sable, un filtre à sable drainé, avec ou sans pompe de relevage, une filière compacte, une filière avec des micros stations… Comme l’assainissement individuel est une étape obligatoire des travaux, il est important qu’il soit déposé au permis de construire. De ce fait, le système devrait donc être défini avant même le dépôt du permis. Ce sera durant l’étape de l’élaboration des plans que le constructeur instruit la filière adaptée.

Dans le cas où la maison est raccordée au réseau collectif, la commune ou encore le SPANC ou le service public d’assainissement collectif entreprendra une vérification si l’installation est bien conforme. Si les travaux n’ont pas été effectués, il est sûr qu’elle obligera le propriétaire à réaliser les travaux nécessaires.

Assainissement : quelques conseils à retenir

Si vous êtes contraint de vous tourner vers l’assainissement individuel. Sachez que l’étape de la conception de l’installation est indispensable. En réalité, la durabilité de l’installation en dépend. C’est pour cela qu’il est important de faire appel à des experts afin d’effectuer les plans.

De ce fait, il est vivement conseillé d’effectuer plusieurs chiffrages afin de mettre en concurrence les entreprises proposant ce service. Ce sera la solution pour trouver le meilleur prix pour ce type de prestation.

Mais il ne faudra pas non plus oublier que l’État est en mesure d’apporter son aide. Il y a notamment l’éco-prêt à taux zéro ou Eco-PTZ dans la limite de 10 000 euros pour la mise en place ou la réhabilitation des systèmes d’assainissement individuels par des dispositifs économes d’énergie et aussi qui respectent certains critères techniques. Là encore les travaux doivent notamment être effectués par des professionnels RGE. Dans tous les cas, il est conseillé de s’informer davantage pour connaître les éventuelles aides et les démarches à suivre proposées dans la commune.